Qu’est-ce que la garde conjointe ?

Principes fondamentaux de la garde conjointe

Conformément à l’article 1627 du Code civil allemand (BGB), les parents doivent exercer la garde sous leur propre responsabilité et d’un commun accord dans l’intérêt supérieur de l’enfant. En cas de désaccord, ils doivent essayer de s’entendre.

Si deux personnes sont mariées, elles ont droit à une protection parentale conjointe pour les enfants nés dans le mariage. Lorsqu’un enfant naît hors d’une relation conjugale, la mère exerce la garde exclusive. Si les parents mariés se séparent et ne sont pas d’accord sur certaines questions de garde, la question se pose de savoir ce qu’il advient de la garde conjointe. À cet égard, la mère ou le père peut demander la garde exclusive devant le tribunal.

Lire également : Comment puis-je suivre les absences ?

Après tout, si deux parents ont des intérêts contradictoires sur le bien-être et le malheur de l’enfant, les conflits sont régulièrement inévitables. Parce que la garde est la Style de vie et façonner l’avenir de l’enfant, vous ne pouvez même pas ouvrir un livre d’épargne pour l’enfant sans le consentement des deux tuteurs. Dans le cas d’intérêts contradictoires constants, il convient donc qu’un seul parent exerce la garde exclusive, sinon le maintien de la garde commune ne correspondrait pas à l’intérêt supérieur de l’enfant.

Bien que, dans le cas de la garde conjointe, les deux parents soient eux-mêmes responsables de leurs décisions en matière d’éducation, les autres gardiens ont un droit d’opposition ou de veto sur des questions d’une importance considérable . Cela s’applique aussi bien aux parents biologiques qu’aux parents adoptifs. Par conséquent, les juges doivent souvent s’occuper des questions de garde à vue.

Lire également : Comment écrire une lettre d'explication pour une absence ?

Nous avons compilé les litiges les plus courants pour vous et vous donnons un aperçu du droit et de la jurisprudence sur les différents sujets.

  1. comme avez -vous la garde conjointe ?
  2. Un droit de séjour similaire
  3. ( Partagés) Vacances
  4. B comme la loi sur les visites et l’accès
  5. C — Cornflakes ou pain Nutella : nourriture et mode de vie
  6. Entretien, argent de poche et cadeaux
  7. Le tribunal de la famille
  8. Conclusion
  9. Vidéo

1. Comment obtenez-vous la garde conjointe ?

À cette fin, il faut d’abord préciser comment obtenir la garde conjointe. En vertu de la législation allemande, les parents mariés d’un enfant ont la garde conjointe. Bien que la garde du père soit légalement assignée (par exemple, en raison du mariage avec la mère), la mère biologique l’a toujours eu depuis sa naissance. Si les parents ne sont pas mariés les uns aux autres, la mère a la garde exclusive. À cet égard, le père n’est pas la garde.

Parce que presque un enfant sur trois en Allemagne est maintenant né hors mariage, les pères doivent de plus en plus naître Lutte pour la garde. Le père, qui n’est pas marié à la mère, peut reconnaître la paternité devant le bureau compétent de protection de la jeunesse et faire une déclaration dite de garde. Après avoir fait cette déclaration, les parents ont droit à la garde conjointe. Si la mère n’accepte pas le dépôt de cette déclaration, le père a été en mesure de « poursuivre » la garde depuis une décision historique de la Cour constitutionnelle en juillet 2010. Selon la loi du 19 mai 2013 sur la réforme de la protection parentale des parents non mariés, une relation sociale viable avec la mère suffit pour permettre au père de prendre la garde, même si la mère n’est pas d’accord. On considère seulement que l’attribution de la garde commune ne contredit pas l’intérêt supérieur de l’enfant .

2. A comme droit de séjour

cadre de la garde à vue (article 1631 (1) du Code civil allemand), le droit de séjour est un Unequestion d’une importance considérable Dans le . Cela signifie que les deux parents ne peuvent décider ensemble où l’enfant (mineur) pourra rester pendant combien de temps et où il peut vivre. Toutefois, la décision commune ne signifie pas que l’enfant doit obtenir l’autorisation des autres gardiens avant tout changement de lieu de l’enfant. Au contraire, il doit y avoir un accord fondamental, qui est déjà en place si l’on ne s’attend pas à ce que l’autre partie ait des préoccupations importantes quant au choix de l’emplacement. Des préoccupations importantes sont particulièrement susceptibles d’être prises en considération lorsque le lieu en question ne semble pas compatible avec l’intérêt supérieur de l’enfant.

Il est nécessaire de faire la distinction entre un changement de résidence à court et à long terme. Il n’y a pas de problème pour les séjours de courte durée sur une base régulière, alors que pour les séjours de longue durée, les deux bénéficiaires devront s’entendre dès le départ parce qu’ils sont difficiles à modifier l’impact sur la développement de l’enfant peut avoir.

En particulier, cette règle est pertinente si l’enfant veut changer de lieu de résidence d’une garde à un autre. Par exemple, sans le consentement du père, l’enfant ne peut pas décider indépendamment de passer définitivement à la mère. Ce faisant, les deux gardiens doivent coordonner et décider en fonction de l’intérêt supérieur de l’enfant. En cas de doute, une décision judiciaire sur cette question est nécessaire.

Le droit d’imposer un « couvre-feu » le week-end ou le soir, au cours duquel un mineur doit être à la maison, exige donc également un accord préalable, s’il n’est pas certain que l’autre partie accepte. Cela est particulièrement vrai si le régime doit s’appliquer en général. En revanche, la participation à des manifestations sportives ou à des concerts est une décision unilatérale, dans la mesure où elle est dans l’intérêt supérieur de l’enfant.

3. (Partagé) Vacances

Point de litige fréquent entre parents : vacances et excursions. Il y a toute une série de décisions de justice sur ce sujet à une grande variété de constellations.

En principe, on peut dire que les vacances à l’étranger et les semaines d’absence doivent être décidées conjointement par les deux parents ayant la garde. Cela s’applique également aux échanges d’étudiants hebdomadaires ou mensuels. Cela ne comprend pas les voyages scolaires et les excursions d’une journée. Ce dernier peut être décidé unilatéralement dans chaque cas.

Selon la loi, si l’un des conjoints gardiens est en congé (en particulier à l’étranger), il est considéré par la loi comme étant effectivement empêché d’exercer l’autorité parentale. Dans ce cas, l’autre partie exerce seul la garde (conformément à l’article 1678 (1) du Code civil allemand).

Des informations détaillées sur cette question, ainsi que d’autres exemples de jurisprudence, se trouvent dans notre contribution à la garde conjointe et Prenez des vacances.

4. B comme droit de visite et d’accès

En plus de la question de savoir où est l’enfant, le plus souvent il est important avec qui il est là. Afin de garder l’enfant à l’écart de toute fausse influence , les deux parents doivent également s’entendre sur ce point. Toutefois, dans la mesure où les circonstances quotidiennes, telles que le partage de la scolarité avec des camarades de classe ou le choix d’amis , suffisent pour obtenir le consentement d’un seul parent — sauf si cela est évident et qu’il faut s’attendre à ce que les autres gardiens refusent son consentement.

En principe, les parents ont le droit d’interagir avec l’enfant afin de prévenir l’aliénation avec l’un des parents par contact à intervalles réguliers. Cela est particulièrement vrai si l’enfant ne vit qu’avec un parent. Pour cela, le parent avec qui l’enfant vit doit créer de l’espace et du temps. La prévention malveillante des droits d’accès peut être un comment s’impliquer. Si le traitement a été décidé par un tribunal et que le parent superviseur n’autorise pas le traitement malgré la décision, cela peut entraîner des sanctions administratives sévères (jusqu’à 25 000 euros ou détention régulière).

L’ objectif est de veiller à ce que l’enfant reste en contact avec les aidants qui sont importants et propices à son développement. C’est pourquoi les grands-parents et les parents mariés peuvent également avoir un droit de visite. La conception du droit de visite dépend de l’âge et des besoins de l’enfant. Un week-end avec les grands-parents est certainement approprié pour un enfant de 15 ans, tandis que quelques heures sont susceptibles d’être suffisantes pour un enfant en bas âge.

En ce qui concerne les célébrations familiales , un système d’accès devrait être adopté en temps utile. En principe, un parent n’a le droit de prendre l’enfant que dans les limites de la les temps de manutention sont là. Dans le cas des jeunes enfants qui ne comprennent pas l’importance de tels événements, il est généralement impossible de secouer les règles d’accès. Toutefois, pour les personnes âgées, une interdiction de la participation peut contredire l’intérêt supérieur de l’enfant. La participation pourrait être exécutée devant les tribunaux, le cas échéant.

5. C — Cornflakes ou pain Nutella : nourriture et mode de vie

La garde implique, tout d’abord, la protection de la santé de l’enfant. En plus des vaccinations et des visites chez les médecins, cela inclut des questions de nutrition et d’exercice physique. Les tribunaux de la famille se sont également penché sur cette question en détail. Les décisions sont prises à maintes reprises en faveur du parent dont l’enfant est actuellement pris en charge. Selon la maxime « ma table, mes règles », le parent attentionné est autorisé à décider unilatéralement quel régime il considère comme bon pour l’enfant. Tant que le bien-être de l’enfant n’est pas durable est en danger, cela peut également inclure de la malbouffe ou des bonbons.

Ce sont les soi-disant questions de soins réels, qui concernent également l’heure du coucher ou les questions de consommation des médias (réseaux sociaux, télévision ). De même, le parent superviseur peut prendre des décisions indépendantes au sujet des activités sportives.

Les procédures médicales qui ne concernent pas la routine (p. ex. le dentiste) ou les mesures immédiates (p. ex. traitement aigu après un accident) doivent donc être convenues avec l’autre parent ayant la garde. Le tribunal régional supérieur de Francfort a décidé qu’en cas de litige sur la vaccination de l’enfant, le parent qui est guidé par les recommandations de la STIKO (Commission permanente de vaccination) peut décider.

Ce verdict pourrait également devenir pertinent dans le cadre d’un différend parental concernant la vaccination contre la couronne des enfants. 6. Entretien, argent de poche et cadeaux

Le L’acceptation ou le rejet de petits dons d’argent peut être décidé par un dépositaire seul. La question de savoir si les dons matériels susceptibles d’être préjudiciables à un enfant peuvent être acceptés est cependant commun aux deux. Ces cadeaux potentiellement préjudiciables peuvent être, par exemple, des scooters ou des animaux de compagnie . L’acceptation de l’héritage nécessite également le consentement des deux dépositaires.

Les deux parents décident également du montant de l’argent de poche ensemble. Il convient toutefois de noter que l’argent de poche peut être une pension alimentaire calculée, mais que l’enfant n’y a pas droit, par exemple dans le contexte de l’entretien de l’enfant.

Autre : Éducation et Religion

Comme il a été mentionné plus haut, les gardiens ne peuvent prendre que des décisions d’orientation ensemble. Cela comprend notamment l’ école que l’ enfant devrait fréquenter. Cela inclut non seulement le forme scolaire, mais aussi l’école elle-même, ainsi que le choix des enfants. Dans le cas des enfants mineurs, les parents ont également leur mot à dire dans le choix du lieu de formation . En raison des réformes du G8 dans certains États fédéraux, cela inclut désormais le choix du sujet et du lieu d’étude.

En outre, le sujet de la religion ne peut être décidé qu’ensemble. Quelle dénomination un enfant doit appartenir, dans quelle foi il est éduqué et si et quand il est baptisé, ne peut être décidée conjointement que par les deux gardiens. S’il n’est pas possible de parvenir à un accord, la seule chose ici est de s’adresser au tribunal de la famille.

Cependant, une fois qu’un enfant atteint l’âge de 14 ans, il est religieux et peut décider librement de toute activité religieuse — et de sa confession en soi. À partir de l’âge de 10 ans, l’enfant doit être entendu au moins en cas de changement de confession , à partir de l’âge de 12 ans, ce changement ne doit plus être contre sa volonté.

7. Le tribunal de la famille

Dans toutes les questions sur lesquelles les tuteurs doivent se prononcer conjointement, mais ne sont pas en mesure de s’entendre, le tribunal de la famille peut remplacer la décision. Outre les questions individuelles, il décide également si l’exercice de la garde conjointe est toujours conforme à l’intérêt supérieur de l’enfant. Si ce n’est pas le cas, il est possible de révoquer la garde d’un parent. En particulier, s’il existe des différences inconciliables entre les deux gardiens au détriment de l’intérêt supérieur de l’enfant, il y a une chance d’obtenir la garde exclusive.

8. Conclusion

  • Les parents mariés d’un enfant ont automatiquement la garde conjointe.
  • Si les parents ne sont pas mariés à la naissance, la mère a la garde exclusive. Le père peut faire une déclaration de garde avec la mère ou « poursuivre » la garde conjointe.
  • À propos des choses quotidiennes telles que les habitudes alimentaires, les sports, l’heure du coucher et la consommation des médias de l’enfant, en règle générale, le parent attentionné peut déterminer indépendamment.
  • En ce qui concerne les questions d’importance majeure, les dépositaires décident conjointement. Cela comprend les interventions médicales, les vaccinations, l’acceptation des héritages, le montant de l’argent de poche, l’éducation scolaire et la religion.
  • Le droit de séjour fait partie de la garde. La décision concernant le lieu de résidence, les séjours plus longs ou les vacances à l’étranger doit être prise d’un commun accord.
  • Si les parents ne sont pas d’accord, le tribunal de la famille peut déterminer ce qui est le mieux pour le bien-être de l’enfant. Cela concerne des questions individuelles, ainsi que le retrait de la garde conjointe.

9. Vidéo

ARTICLES LIÉS