Comment fabriquer de l’électricité avec de l’eau ? 

Le courant électrique est une énergie précieuse et indispensable. Voilà pourquoi, quand vous subissez les délestages, vous désirez rétablir au plus vite la fourniture de l’électricité. Mis à part cela, savez-vous qu’on peut produire de l’énergie électrique avec de l’eau ? L’exploitation et la découverte de cette force motrice de l’eau datent de l’antiquité. De sorte qu’il n’y a pas de trace de cet usage pendant les temps préhistoriques. En effet, pour mécaniser de l’énergie électrique, il faut plusieurs moyens. 

Les barrages hydroélectriques

Les centrales hydroélectriques ont besoin d’une énorme quantité d’eau pour produire l’électricité. Le moyen parfait pour retenir l’eau s’avère l’utilisation des barrages. Ces derniers s’opposent à tout écoulement naturel d’eau tout en admettant qu’ils laissent passer les forts débits. 

Lire également : Où trouver le mot de passe provisoire de la CAF ?

Alors, une masse de quantité d’eau s’accumule puis forme un lac de retenu. Pendant que l’eau est gardée et que la demande d’électricité est soumise, il faut ouvrir les vannes pour débuter le cycle de la production de l’énergie électrique. 

Ainsi, l’eau s’engouffre dans une conduite forcée puis se gouverne vers la centrale hydroélectrique placée au-dessous du barrage. Ce qui explique la place de la centrale est l’énergie potentielle de l’eau qui est maintenue dans le barrage et qui se transforme en énergie cinétique. Ce qui oblige la rotation de la turbine. 

Lire également : Les micros tracteurs à chenilles : utilités et fonctionnement

Les usines marémotrices

Les trois usines marémotrices dans le monde sont situées en France, au Canada ainsi qu’en Chine. Ces usines utilisent comme source d’énergie les marées. Par ailleurs, le mouvement montant surélève l’eau dans le réservoir. En ce qui concerne celui descendant, il procure le dénivelé important pour fabriquer l’énergie électrique. 

L’énergie potentielle d’un site  

L’énergie potentielle de l’eau engouffrée dans les barrages (énergie hydroélectrique) devient énergie cinétique par écoulement. Grâce à une turbine, cette dernière subit une transformation puis devient énergie mécanique. D’ailleurs, la turbine est entraînée avec un générateur électrique : la dynamo ou l’alternateur. Alors, cette énergie mécanique se transforme en électricité. 

Ses facteurs positifs

De prime abord, les progrès qui sont en cours et à venir pour l’électricité hydroélectrique optimisent la mise en valeur des mégas gisements hydroélectriques pas encore exploités. Mais encore, si la production des nouveaux vecteurs énergétiques à base des sources énergétiques qui ne fournissent pas le gaz à effet de serre se révélait primordiale, sur ce type de gisement, l’hydroélectricité serait la filière la plus adaptée. En tenant compte de sa disponibilité puis de son faible coût. 

Ses facteurs négatifs 

Commençons par examiner la déréglementation du secteur électrique. Toutefois, elle peut entraver le futur développement de l’hydroélectricité. À la fois dans les pays émergents et ceux industrialisés. À cet effet, les compagnies d’électricité destinées à privilégier les centrales au faible coût seront conduites par les calculs économiques à court terme. 

Sur le plan financier et environnemental, le coût de l’hydroélectricité est plus important à long terme. Ensuite, le deuxième facteur est le verdict des pays industrialisés tels que la Suède. « Raffermir une partie de leur potentiel hydroélectrique non exploité » est un exemple plus frappant et qui notifie les effets négatifs sur la nature.

 

ARTICLES LIÉS