Est-ce que le prix de l’immobilier va augmenter ?

Il n’est pas nécessaire d’être un expert immobilier pour voir la croissance effrénée qui marque le marché immobilier. Le contexte actuel peut être utilisé de manière avantageuse pour illustrer le droit de l’offre et de la demande des étudiants en économie.

Selon l’Association canadienne de l’immobilier (ACI), le nombre de transactions immobilières a atteint un niveau historique en 2020. Selon l’IWA, cette augmentation a été de 12,6 % par rapport à 2019 et de 2,3 % par rapport au précédent record de 2016 et tout cela, alors que nous sommes au milieu d’une pandémie.

A lire également : Comment se branchent les appareils dans une installation électrique domestique ?

Le prix moyen réel (non désaisonnalisé) des biens vendus dans le pays a augmenté de 17,1 % en 2020. Plus précisément, au Québec, le prix moyen des maisons vendues en 2020 était de 401 010$, soit une augmentation de 18,8 % pour l’année.

À l’échelle nationale, le prix de vente moyen en décembre était de 607 280$. À titre de comparaison, le prix moyen aux États-Unis a été 343 000 dollars des États – Unis ou, si convertis en monnaie canadienne à la fin du mois de novembre, environ 445 000 dollars canadiens. Cela montre que le prix de vente moyen est 36 % plus élevé au Canada qu’aux États-Unis.

A lire aussi : Quel régime de TVA choisir pour une SCI ?

L’ IWA a également indiqué que l’inventaire national n’était que de 2,1 mois à la fin de décembre 2020. Il s’agit du niveau d’inventaire le plus bas jamais enregistré.

Il est vrai que si nous regardons en arrière au début de l’année dernière, très intelligent qui aurait pu prédire une telle situation ? Mais pourquoi les prix ont-ils autant augmenté d’un océan à l’autre ?

La réponse est divisée en deux parties :

  1. Les taux hypothécaires fixes à cinq ans ont diminué d’environ 1,4%. Par conséquent, pour le même paiement hypothécaire, les gens peuvent avoir une hypothèque 20% plus élevée ;
  1. La plupart des gens hésitent à bouger au fur et à mesure que la pandémie se poursuit. Par contre cela, le Le travail à distance oblige plusieurs familles à se déplacer, car leur maison ne convient tout simplement pas à une telle activité et ne permet pas correctement 2 personnes de travailler à la maison, en plus de la présence d’enfants. Par conséquent, de nombreuses familles sont pressées de déménager, contrairement aux vendeurs qui ne ressentent pas l’urgence de vendre. Par conséquent, la fameuse loi de l’offre et de la demande augmente les prix.

Quel sera le rendement de l’offre et de la demande ?

C’ est presque une certitude : les taux d’intérêt n’augmenteront pas d’ici 2023, et nous pensons qu’ils pourraient même se poursuivre jusqu’en 2025. Comme nous l’avons toujours dit, une baisse des prix du marché immobilier résulterait d’une augmentation des taux hypothécaires, et nous ne voyons aucun mouvement dans cette direction.

D’ autre part, nous pensons que dès qu’un niveau aura atteint la vaccination nécessaire de la population, un nombre croissant de personnes voudront « profiter » des prix élevés du secteur immobilier pour vendre leurs maisons et déménager. À cet égard, pensez aux baby-boomers qui pourraient apprécier vendre leur grande maison de banlieue à un prix élevé afin d’augmenter leur richesse pour la retraite et d’en profiter, par exemple, pour voyager.

Un autre élément qui contribuera à rééquilibrer le niveau de l’offre et de la demande et à atteindre la stabilité des prix est le développement de nouveaux quartiers dans les banlieues qui augmenteront encore les stocks immobiliers.

En conclusion, nous croyons que cette situation se poursuivra jusqu’à l’été prochain, mais une fois l’économie rouverte, le marché immobilier sera en train de trouver un équilibre et les prix se stabiliseront et diminueront même en raison de l’augmentation de l’offre.

La gestion des responsabilités fait partie intégrante de la situation financière du client et représente parfois même la majeure partie de celle-ci. Par conséquent, il est essentiel de confier l’analyse de ce dernier à un professionnel ciblé qui sera en mesure de bien guider votre client et de s’assurer qu’il saisit la valeur de celui-ci. Après tout, la gestion du passif elle-même n’est pas aussi importante que celle des actifs.

Avertissement :

Bien que ce document ait été rédigé avec beaucoup de soin, il n’y a aucune garantie quant à son exactitude ou à son applicabilité à tous les cas spécifiques. Certaines déclarations reflètent les opinions personnelles de l’auteur.

La situation économique et politique, tant nationale que mondiale, est en constante évolution. Cela signifie que les commentaires, recommandations et suggestions contenus dans le présent document risquent de devenir obsolètes à la suite de ces modifications.

Il est important de se rappeler que le rendement antérieur d’un fonds n’est pas nécessairement indicatif des résultats futurs. La valeur nette de l’actif par action et le rendement du capital fluctuent.

Les opinions de le présent communiqué de presse ne reflète pas nécessairement les vues de Planiprêt inc. et PEAK Securities Inc.

Les sources utilisées sont considérées comme fiables par l’auteur du communiqué de presse, mais ne sont pas garanties

ARTICLES LIÉS